À NOS POILUS

 

Oh, vieux Poilu de France, qui comprendra jamais

Le don de ta souffrance ? Qui comprendra jamais ?

Ce ne sont pas des mots, mêmes écrits de ton sang,

Qui diront aujourd’hui à ceux qui sont vivants

Ce que tu as vécu dans ce trou qu’est la guerre

Où s’agrippaient tes mains pour conserver Ta terre.

 

Oh, vieux Poilu de France, car la guerre rend vieux

Même en quittant l’enfance, que me disent tes yeux ?

Tes yeux saisis d’effroi dans le feu qui les brûle

Tes yeux si grands ouverts parce qu’ils sont incrédules

Devant tant de malheurs, devant tant d’hécatombes

Où Mort ne compte plus tant de Poilus qui tombent.

 

Oh, vieux Poilu de France, par qui la France est France

Quand tout semblait perdu jusqu’au mot Espérance.

Mettons-nous à genoux ; c’est Toi qui es debout

Debout dans la tranchée et debout dans la boue.

Cette guerre de boue a fait boue de ton corps

Tu es couvert de plaies mais tu combats encor.

 

Et le ciel sur ton front, en orage d’acier,

T’entoure d’un collier d’un ignoble charnier.

 Comme un volcan, la terre crache partout du feu

Tu suffoques sans croire que tu étouffes un peu

Sous les gaz enflammés que t’offre le vent frais

Comme celui l’été couchant les champs de blé.

 

La terre sous tes pieds tremble plus fort encore

Que le drap secoué au matin, dès l’aurore

Quand, dans la chambre aimée, tu disais à ta femme 

Que tu voulais l’aider. Mais aujourd’hui les flammes

Sont d’une autre chaleur, d’une chaleur qui tue.

 

L’attaque est décidée ; femme je te salue.

Les sapeurs du génie, les cisailles en mains,

Qui sait ce que sera alors leur lendemain,

S’élancent en courant aux champs des barbelés

Leurs corps déjà s’écrasent aux bras écartelés.

Femme aimée, prie pour moi. Mais ne t’inquiète pas

Nous nous retrouverons et nous mettrons nos pas

Ensemble, tous les deux, dans un monde nouveau

Où la Paix brillera.

 

Jean Noël Beverini

Marseille, le 24 octobre 2018

Mise en terre d'un soldat inconnu !

 

00035045

 Texte et photo © strictement réservés à Monsieur-Légionnaire

à la demande du Lcl Constantin LIANOS le Commissaire en chef Jean-Noël BEVERINI a écrit ce poème à nos Poilus qui sera récité à la messe du 11 Novembre 2018 à 19 H 00 en la Basilique du Sacré-Cœur à Marseille.