Le 4 novembre 1958, Allain Carles rejoint l'Ecole d'Application de l'Infanterie (EAI) à Saint-Maixent l'Ecole en tant qu'élève officier de réserve. Sportif et très travailleur, il est déjà animé par une très grande volonté de réussir dans le métier des armes. A l'issue de sa scolarité, il est nommé aspirant et son très bon classement lui permet de choisir le 3ème Régiment de tirailleurs algériens.

 

Le 18 mai 1959, il rejoint son régiment en Algérie. D'emblée, il se montre un jeune chef de section brillant qui s'impose auprès de ses tirailleurs par son calme, son courage et son très grand sang-froid sous le feu. Dans la zone de Chevreul, il se montre un brillant manoeuvrier et son magnifique comportement lors de deux engagements menés jusqu'au corps à corps lui fait anéantir deux bandes de rebelles. Neuf hors la loi sont tués et six armes sont récupérées. Pour ces deux très beaux fait d'armes, le général de corps d'armée commandant le secteur de Constantine lui décerne, en septembre 1959 et en décembre 1960, deux citations à l'ordre de la division.

 

Le 16 octobre 1959, il est promu sous-lieutenant de réserve.

 

Désireux de faire carrière, il est admis à suivre le peloton préparatoire à l'Ecole militaire inter-armes à Strasbourg. Son travail assidu est récompensé et  il réussit le concours d'entrée à l'école.

 

le 1er octobre 1963, il rejoint l'Ecole militaire inter-armes à Coëtquidan. Il travaille avec acharnement pour réussir et le 1er octobre 1964, il est nommé sous-lieutenant d'active.

 

Le 1er septembre 1965, il choisit de servir au 9ème Régiment de chasseurs parachutistes à Toulouse. Le chef de corps lui confie le commandement d'une section de combat. Le sous-lieutenant Carles possède un goût prononcé pour l'action. Très compétent, il paie de sa personne pour atteindre les objectifs fixés par le colonel et ses jeunes chasseurs parachutistes ont une profonde admiration pour leur chef.

 

Le 1er octobre 1966, il est promu lieutenant et le 1er juillet 1968, il est muté au 2ème Régiment de chasseurs à Verdun ou il occupe la fonction de chef de peloton missiles. Sportif, discipliné et d'excellente présentation, il fait preuve au quotidien d'un grand dynamisme et d'une rigueur très     appréciée dans une spécialité ou tous les détails ont leur importance. Extrêmement consciencieux, il ne cesse de se perfectionner pour acquérir, dans un minimum de temps, un excellent niveau technique et il se classe parmi les meilleurs chef de section lors des différents contrôle de tirs organisés par la division.

 

Le 1er septembre 1970, il est muté au 2ème Régiment étranger de parachutistes à Calvi. Il va occuper successivement les fonctions, d'officier adjoint à la compagnie de commandement et des services et à la compagnie d'appui puis celle d'officier renseignement du régiment. Ses remarquables qualités professionnelles lui permettent d'aborder ses différentes fonctions avec une grande sérénité. Son autorité naturelle et un sens de l'organisation inné en font le conseiller très écouté des cadres. Animé d'un souci permanent du contact humain, il est également un élément essentiel dans l'élaboration des activités des différentes compagnies. Enfin, sa passion du renseignement en fait un officier renseignement de tout premier plan.

 

Le 1er juillet 1972, il est promu capitaine et le 1er juin 1973, il prend le commandement de la compagnie de base du régiment. Commandant avec une grande aisance, il donne d'emblée l'impulsion nécessaire et crée une excellente ambiance ou chacun trouve un épanouissement fructueux. Véritable fédérateur, il commande et motive ses légionnaires avec équité sachant en obtenir le meilleur. Toujours attentif, passionné par sa mission, il adopte un style de commandement particulièrement efficace. Ses résultats élogieux à la tête de sa compagnie sont liés à un investissement personnel hors du commun et à sa volonté inébranlable de servir la Légion étrangère.

 

Le 1er septembre 1975, le capitaine Carles rejoint la Direction de l'enseignement supérieur  scientifique et technique de l'armée de Terre à Paris. Il prépare avec beaucoup d'assiduité et réussit brillamment le diplôme technique option gestion des entreprises et des administrations.

 

A l'issue de sa scolarité, le 1er août 1977, il est affecté au 1er Régiment étranger à Aubagne ou il va occuper les fonctions d'adjoint gestion au bureau des personnels du commandement de la Légion étrangère. Officier d'expérience, rigoureux et loyal, il s'engage avec détermination et pragmatisme dans tout ce qu'il entreprend. Connaissant bien les légionnaires, il apporte le fruit de son expérience dans toutes les études qu'il mène. Il s'affirme comme une incontournable force de proposition et le commandement sait pouvoir compter sur lui en toutes circonstances.

 

Le 1er octobre 1979, il est promu chef de bataillon et le 23 août 1980, il rejoint, comme officier traitant, le cabinet du général directeur des personnels militaires de l'armée de Terre. S'imprégnant très rapidement des règles de gestion en vigueur et s'appuyant sur l'étendue de ses connaissances, il saisit très bien l'ampleur et la difficulté de sa mission. Ses facultés d'analyse et d'écoute, alliées à son sens de l'intérêt général et font un officier traitant bénéficiant d'une exceptionnelle crédibilité  auprès de son directeur.

 

Le 27 juin 1983, il est affecté au 5ème Régiment mixte du Pacifique comme chef d'état-major et le 1er octobre de la même année, il est promu lieutenant-colonel. A ce poste important, sa très riche personnalité associée à un sens poussé du dialogue et à un très fort investissement personnel lui permet de procéder rapidement à une étude exhaustive des problèmes à résoudre et les solutions qu'il propose sont adoptées par son chef de corps. Le lieutenant-colonel Carles imprime sa marque au Régiment et c'est auréolé d'une belle réussite qu'il rejoint la métropole.

 

Le 20 août 1984, il rejoint le commandement de la Légion étrangère à Aubagne comme chef du bureau des personnels de la Légion étrangère. Manifestant une rare énergie, une grande volonté d'aboutir et une exceptionnelle compétence professionnelle, il maîtrise parfaitement toutes les facettes d'une fonction qu'il connaît bien et il sert la Légion avec passion et un sens élevé du devoir. Il conduit les études qui lui sont confiées avec intelligence et conviction. Fort d'une expérience reconnue, il remplit parfaitement toutes les missions qui lui sont confiées et répond de façon pertinente à toutes les sollicitations. Précis et synthétique, il se montre un conseiller très écouté dont les avis sont recherchés.

 

Le 2 septembre 1986, le lieutenant-colonel Carles prend le commandant du 1er Régiment étranger. Chef de corps charismatique, il pratique un commandement à visage résolument humain et il s'investit totalement dans la formation des cadres et des légionnaires dont il suscite pleinement l'adhésion. Ne négligeant aucun des aspects de sa fonction, il parvient à maintenir au plus haut niveau la capacité opérationnelle de son régiment. Soucieux de l'image de marque de son régiment, il entretient des liaisons étroites avec les différentes autorités civiles et militaires. Le 1er avril 1989, il est nommé colonel. C'est un chef de corps de référence qui laisse à son successeur un régiment fier de son passé et confiant dans son avenir.

 

Le 2 septembre 1989, il est muté à l'inspection de l'Infanterie comme officier traitant personnel puis officier traitant inspection auprès du général inspecteur. Doté d'une intelligence brillante, particulièrement vif d'esprit, imaginatif et rédigeant à la perfection, il s'attache, en toutes circonstances, à identifier et privilégier l'intérêt général. Diplomate et connaissant ses dossiers à fond, il se révèle également un négociateur avisé qui sait défendre avec brio les intérêts de l'infanterie dans le cadre des études inter-armées.

 

Le 7 octobre 1993, le colonel Carles rejoint la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour l'Irak et le Koweit pour y occuper les fonctions de Chef des opérations. Il doit coordonner l'action de 350 observateurs appartenant à 33 pays et veiller au respect de l'intégrité territoriale du Koweit, qui vient d'être libéré après l'opération « Désert Storm », en réglant les litiges éventuels avec les irakiens.  S'investissant sans compter dans sa mission, il manifeste une rare diplomatie dans le règlement de différents incidents. Sa parfaite connaissance de la langue anglaise lui permet d'obtenir d'exceptionnels résultats et il noue avec tous ses interlocuteurs des contacts de très grande qualité qui facilitent son action. Il obtient des résultats exceptionnels et il donne une magnifique image de l'officier français. Il est un officier supérieur de très grande classe et d'un dévouement total à son métier et à l'armée de terre.

 

Le 17 octobre 1994, le colonel Carles rejoint la métropole. Il est affecté au Cabinet du Directeur des personnels de l'armée de terre qui lui confie une mission d'enquête à fin d'évaluer auprès des personnels l'impact des nouvelles règles de gestion qui sont rendues désormais nécessaires.

 

Le 24 août 1995, le colonel Carles est admis à faire valoir ses droits à bénéficier d'une pension de retraite à jouissance immédiate.

 

Le 1er octobre 1996, il lui est demandé de rejoindre, comme chargé de mission,  le bureau commun  du service national de la coopération du ministère des Affaires étrangères. Responsable du recrutement de la gestion et du suivi des 5000 appelés servant à l'extérieur du territoire national, le colonel Carles va donner la pleine mesure de son talent. Dans cette fonction qui demande beaucoup d'autonomie et une capacité de prise de décision immédiate, sa très vaste expertise et sa passion pour la formation des jeunes lui permettent de gérer les situations complexes et de résoudre tous les problèmes qu'il rencontre. Il s'implique avec passion dans cette mission. Il fait immédiatement montre des qualités qui ont été les siennes tout au long de sa carrière: très rare intelligence des situations, extrême disponibilité, énorme puissance de travail. Lorsque sa mission prend fin le 30 juin 1999, ce collaborateur hors pair est regretté par le ministère des Affaires étrangères qui lui adresse une lettre de remerciements.

 

Le 1er juillet 2005, désireux de rester en contact avec le milieu militaire et plus particulièrement celui de la Légion étrangère, le colonel Carles rejoint l'amicale des anciens combattants de la Légion étrangère de Marseille Provence (AACLEMP). Cette très importante amicale regroupe 740 membres actifs en France et 450 à l'étranger.

 

Membre du conseil d'administration, il sera plus particulièrement chargé du suivi administratif des adhérents que ce soit dans la reconnaissance de leurs services rendus au pays, des décorations, des retraites où dans celui de leur reconversion. Rapidement il s'impose par sa grande rigueur qui n'exclut pas un sens aigu des relations humaines, une efficacité sans faille et fait montre d'une puissance de travail et d'une finesse dans ses propositions qui lui permettent de répondre aux attentes de ses interlocuteurs.

 

Son expérience opérationnelle et ses compétences exceptionnelles dans le domaine de la gestion des personnels légionnaires en font un élément indispensable au bon fonctionnement de l'amicale. Possédant un réseau de relations qu'il entretient avec soin, il parvient à trouver rapidement un emploi aux anciens légionnaires et il remplit et dépasse les objectifs fixés par son président. 

 

En 2013, lors du décès du titulaire, son dossier ressortant comme étant le meilleur, il est désigné par le président de l'AACLEMP pour assurer la présidence du comité d'éthique. S'imprégnant très rapidement de la situation et des problèmes à résoudre, s'appuyant sur l'étendue de son expérience professionnelle, il saisit très bien l'importance et la difficulté de cette fonction. Grâce à ses facultés d'écoute alliées à son sens de l'intérêt général, il va réussir remarquablement, bénéficiant d'une très grande crédibilité à la fois auprès de son président ainsi que des adhérents donnant ainsi une excellente image de l'amicale. 

Officier d'un dévouement hors du commun, aux exceptionnelles qualités militaires, professionnelles et humaines, le colonel Carles qui totalise plus de 58 ans de services éminents qu'ils soient militaires, civils où associatifs est avant tout un ami sur lequel on peut compter et cela n'a pas de prix !

Allain Carles est Officier de la Légion d'honneur, 

Commandeur de l'Ordre National du Mérite

Titulaire de la Valeur Militaire avec deux citations à l'ordre de la division.

Médaille commémorative Afrique française du Nord.

Croix du combattant -06.04.1987 

Croix du combattant volontaire avec barrette « Afrique du Nord »

 

Joyeuse anniversaire pour tes 80 ans mon Colonel ! 

Trans en Provence, le 23 Août 2018 

Lieutenant-colonel Constantin LIANOS

Président-fondateur de l'Association Internationale de Monsieur Légionnaire et ses réseaux au profit de la communauté Légionnaire

Président de l'AACLE de Marseille-Provence


00035045

 Texte et photo Constantin LIANOS © Monsieur-Légionnaire  Monsieur-legionnaire.jpg